17 Millions de vues Facebook : une recette de bon sens

Classé dans : Réseaux Sociaux | 0

Le 20 Octobre dernier, un professeur de collège lance une expérience avec ses élèves :

tester la viralité d’une publication Facebook sur 5 jours.

 

Les résultats vont au delà de l’imagination de ce professeur : 17 millions de vues ou d’interactions.

Il a suffit de seulement 16H pour atteindre le 1er million.

 

La publication a été vue dans le monde entier : Espagne, Allemagne, Indonésie, Luxembourg, Belgique, Australie, Japon, etc.

 

L’expérience est bien sûr très intéressante pour des collégiens, qui peuvent maintenant se rendre compte de la puissance de Facebook et donc de ses dangers.

 

Cette expérience va en réalité bien plus loin que ne l’imagine ce professeur…

Elle permet de dégager d’autres enseignements et elle a de quoi intéresser toutes les TPE et PME qui utilisent ou veulent utiliser Facebook comme réseau social d’entreprise.

Entrons dans le détail de la publication de Stéphane Fantini.

 

 

Vous allez comprendre pourquoi cette publication a explosé. Et pourquoi il faut faire comme lui.

 

D’abord une photo.

Les marketeurs le savent depuis longtemps : les photos décuplent l’engagement. En d’autres termes, un post a largement plus de chances d’être partager ou liker s’il comporte une photo. C’est encore plus vrai avec une vidéo.

 

Un texte court qui explique la raison du post

Le contexte est posé de manière rapide : prof de collège / expérience pour ses élèves / sur un sujet qui finalement touche tout le monde. En une vingtaine de mots on connait le sujet.

 

Un appel : “aidez moi”

Maintenant que le post a retenu l’attention avec la photo (stimulus visuel), le “aidez moi” va jouer sur l’émotionnel. Mais attention, on reste bien dans le contexte : aider des collégiens à comprendre. Autrement dit le “aidez moi” n’est pas perçu comme quelque chose de négatif. Aidez des collégiens à comprendre les dangers des réseaux sociaux, participez à une cause juste.

 

Un Call To Action : “Je vous invite à commenter cette photo puis à la partager”

L’enseignant dit très clairement ce qu’il veut, ce qu’il attend, pourquoi il fait cette publication. Le contexte est favorable, l’audience potentielle a compris le message, maintenant on lui demande d’agir. C’est très simple, mais c’est très efficace.

 

Un rappel du Call To Action : ” N’oubliez pas de commenter, de liker, de partager à votre tour”

Comme si ça ne suffisait pas, Stéphane Fantini double le Call To Action. Et il a bien raison ! Le lecteur parcours la publication et la “consomme”, puis peut très bien passer à autre chose. Non : le deuxième call to action est là pour lui rappeler à la fin du message ce qu’il lui est demandé. N’oubliez pas : les utilisateurs de réseaux sociaux parcourent très vite le contenu, alors mieux veut exprimer deux fois qu’une ce que l’on veut.

 

Un remerciement

La politesse de base… Un détail, que beaucoup oublient, mais qui humanise énormément une communication.

 

La traduction de la publication à la suite du post en 9 langues

Notre enseignant a tout de même eu du nez : il a prévu de traduire en 9 langues sa publication, au cas où elle franchirait les frontières. Ca a été le cas et ça a marché. C’est aussi ce qui explique que cette publication se soit répandue à travers le monde. Les langues n’ont pas été choisies au hasard a priori : anglais, arabe, chinois, indien, espagnol, italien, portugais… Avec ça il couvre les 3/4 de la planète.

 

Ce que doivent en retirer les TPE / PME…

 

On peut donner tous les conseils du monde, mais un exemple vaut mille posts de blog.

Comment augmenter ses chances sur les réseaux sociaux ? Il suffit peut être de faire comme notre enseignant :

– une image ou une photo pour attirer l’attention et multiplier l’engagement,

– un texte court, précis et rédigé de manière directe : de quoi parle-t-on ?,

– une explication du contexte : dans quel cadre, des dates, à quoi ça sert,

– un Call To Action : faciliter la vie du lecteur en lui disant clairement ce qu’il doit faire

– humanisez : la politesse directe envers le lecteur (et oui, c’est toujours bizarre de rappeler ça…)

– doublez le Call To Action, quitte a le présenter différemment,

– pensez plus loin : votre publication vise une cible, mais facilitez les choses en cas de partage et pensez aussi à l’engagement d’autres cibles (dans cet exemple, les traductions).

 

Tout ça est très basique n’est-ce pas ? C’est si simple. Regardez bien les publications facebook : la plupart n’utilisent pas la moitié de ce que Stéphane Fantini a utilisé le plus naturellement du monde.

 

Ce professeur nous a tous donné une belle leçon de marketing sur les réseaux sociaux. Merci Monsieur !

 

Partagez sur les Réseaux Sociaux !

Laissez un commentaire